Compléments des actions et prévisions pour 2021 :

Rapport Moral et financier de l’année 2020
28 février 2021

La décision de ne plus déverser de truite fario dans le Séran fait suite aux résultats de l’étude génétique et scalimétrique des salmonidés dans l’Ain (2018-2020). Cette étude menée à l’échelle départementale, en partenariat avec les AAPPMAs et la Fédération de Pêche de l’Ain, fait état de seulement quelques secteurs sur lesquels persistent encore des truites fario autochtones, autrement dit très peu polluées génétiquement par les truites fario atlantiques. Parmi ces secteurs, on retrouve le Bas Séran.  

La conservation de ces truites autochtones nous est apparu comme étant une priorité.

En effet, les truites de pisciculture, massivement introduites partout, sont dominées par les formes atlantiques. Il est communément admis qu’elles sont moins adaptées à notre secteur géographique. Les truites autochtones de l’Ain, liées à la lignée méditerranéenne, ont quant à elles eu des milliers d’années pour s’adapter aux contraintes de nos milieux aquatiques.

L’alevinage de truites fario d’élevage (que soit en œufs, alevins ou truitelles) ou le déversement de fario maillées ne sont pas souhaitables sur ces secteurs. Aucune pisciculture ne peut fournir de truite fario génétiquement typique et adaptée. Il faut miser sur la reproduction naturelle.

Nous sommes bien conscients que la population de truites autochtones du Séran est altérée et fortement menacée. Cependant, soutenir cette population par des introductions est une fausse-bonne idée. La reproduction de quelques poissons survivants à un été très sec, comme ce qu’ont subi de nombreux secteurs en 2020, peut suffire pour restaurer une population si les conditions sont bonnes par la suite.

Ainsi, il nous est apparu nécessaire de prendre en compte cet enjeu de conservation dans notre politique de déversements dès 2021, en privilégiant le déversement de truites arc-en-ciel pour l’ouverture et satisfaire la demande de nos pêcheurs.